Policier - Thriller

Published on février 13th, 2014 | by Exterminator

0

Yakuza de Sydney Pollack 1974

Avec : 

  • Robert Mitchum : Harry Kilmer
  • Takakura Ken : Tanaka Ken
  • Brian Keith : George Tanner
  • Herb Edelman : Wheat

Origine : USA

Durée : 110 Min

Un détective à la retraite, Harry Kilmer (Robert Mitchum), est rappelé par un ancien ami, George Tanner (Brian Keith). En effet, la fille de ce dernier a été enlevée par un chef yakuza, Tono Toshiro, qui veut forcer Tanner à lui livrer les armes promises. Pour libérer sa fille, Tanner veut faire appel aux anciennes connaissances de Harry Kilmer, qui connaît le Japon et tous les rouages du syndicat japonais du crime… (Source : wikipedia.fr)

Basé sur un scénario écrit par Leonard et Paul Schrader (acheté 350 000$ par la Warner), ce film devait initialement être réalisé par Robert Aldrich avec Lee Marvin dans le rôle principal.

L’acteur des «Douze Salopards» finalement écarté, c’est Robert Mitchum qui accepte d’endosser le costume de Harry Kilmer mais à une seule condition : Que Aldrich soit remplacé par Sydney Pollack. Mitchum n’appréciant pas l’homme qui l’avait dirigé dans «Trahison à Athènes».

Pollack fait alors appel à Robert Towne pour retoucher à sa convenance, cette histoire construite sur l’opposition relative de deux cultures dont l’une devient la victime de l’autre.

Tourné comme un hommage occidental au «Yakuza eiga» (genre très populaire du cinéma japonais descendant des films de samouraïs), ce film est tout d’abord une puissante et admirable critique de l’impérialisme américain.

Robert Mitchum incarne cette Amérique aussi salvatrice que destructrice découvrant peu à peu les conséquences de son imposante domination. Seule une rédemption passant par un retour à certaines traditions (le code d’honneur…) parviendra à réparer ces dramatiques conséquences.

Pollack pointe également ici les contradictions culturelles de l’empire du soleil levant.

En faisant du personnage de Ken, un Yakuza anachronique qui vit encore dans les codes du passé tout en essayant d’exister dans un Japon devenu capitaliste, Pollack prend un malin plaisir à lever les paradoxes de cette culture où s’entrechoque des pratiques d’un autre temps et des valeurs contemporaines héritées de l’Amérique. Finalement, si tout les sépare, tout les rapproche également.

Pollack signe donc ici un film d’une extreme intelligence qui dépasse largement le cadre du simple polar.

Formellement, «Yakuza» est également une très belle réussite. Entre une superbe utilisation du Scope et des acteurs particulièrement bien dirigés, Pollack force une fois de plus l’admiration. Ridley Scott, Quentin Tarantino et même Takeshi Kitano rendront d’ailleurs hommage à son «Yakuza» dans certains de leurs films.

Du grand cinéma.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Yakuza de Sydney Pollack 1974 Exterminator

Yakuza

Notre Avis

Summary:

4.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1