Action - Aventure Affiche Voluptueuse Laura de Joe D'Amato 1976

Published on février 10th, 2014 | by Exterminator

0

Voluptueuse Laura de Joe D’Amato 1976

Avec : 

  • Jack Palance : Judas Carmichael
  • Laura Gemser : Eva
  • Gabriele Tinti : Jules Carmichael
  • Michele Starck : Gerri

Origine : Italie

Durée : 98 Min

Un vieux playboy vivant à Hong Kong est obsédé par les serpents, au point de vivre entouré de reptiles. Un jour, il découvre un spectacle érotique au cours duquel une fascinante jeune femme asiatique danse avec un cobra. (Résumé : Source : cinémathèque)

Difficile de résumer la carrière de l’une des plus grandes figures du cinéma d’exploitation italien des années 70 et 80. Le regretté Joe d’Amato a, en effet, tourné plus de 300 films. Qualifié de cinéaste le plus prolifique du monde, il aura touché à quasiment tous les genres que le cinéma populaire peut nous offrir, finissant même sa carrière dans le hard avec quelques « classiques » de Rocco Siffredi.

Mais D’Amato (de son vrai nom Aristide Massaccesi) est surtout connu pour avoir signé quelques pages les plus significatives du bis italien, marquées par un amour appuyé pour une certaine perversité comme en témoignent ses mythiques « Anthropophagous » où un tueur fou dévore le foetus de l’une de ses victimes ou « Blue Holocaust », sorte de ode macabre qui a marqué une génération entière de rats de vidéo clubs. Une perversité qui lui fera surfer sur le succès mondial de « Emmanuelle » en produisant lui-même une série de films similaires, la série des « Black Emanuelle » (avec un seul m…) mettant en scène celle qui deviendra l’une de ses égéries, l’envoutante Laura Gemser.

C’est à la suite du tournage de l’un de ses films, « Black Emanuelle en Orient » que D’Amato décide de rentabiliser son voyage en Asie en tournant dans la foulée, un film reprenant les ingrédients de la série (exotisme, érotisme, perversion) avec quasiment la même équipe. Laura Gemser, bien sûr, toujours accompagnée par son mari d’alors qui partagait à chaque fois l’affiche de ses films, le défunt Gabriele Tinti mais cette fois, D’Amato fait appel à une star hollywoodienne pour finaliser son casting, avec un Jack Palance, venu visiblement ici pour cachetonner un bon coup en faisant un peu de tourisme à Hong Kong.

L’ex cité britannique sera donc le théatre de ce trio où deux riches hommes (frères dans le film) se disputent les faveurs de la belle Laura. Un scénario timbre poste pretexte comme souvent chez d’Amato, à d’innombrables scènes d’effeuillages, de massages, de danses lassives car oui, ce film est avant tout un film érotique, permettant au cinéaste de filmer sa « star » dans de nombreuses situations et sous toutes les coutures. Tout ceci reste relativement soft, la belle au milieu de ces hommes, préférant les femmes, D’amato distille quelques séquences saphiques assez sobres.

Autre élément important du film : les serpents. Preuve de la perversité de D’Amato, omniprésents dans le métrage (le personnage de Palance est un collectionneur et adorateur de ces reptiles), ils ne sont pas uniquement là pour faire joli et exotique mais serviront d’armes de vengeance quand la belle Laura s’aperçoit que ses maitresses sont éliminées par l’un des deux frères, jaloux de ne pas avoir ses faveurs. Ce qui nous vaudra une scène mémorable « d’introduction reptilienne »….

En dehors de cela, le film s’avère quand même assez ennuyeux, autour de ce trio, il ne se passe pas grand chose, Jack Palance doit être à l’écran en tout et pour tout, pas plus de 20 minutes, l’érotisme y est pauvre, la photographie laide, ne rendant jamais honneur aux paysages d’Extrème-Orient, la mise en scène plate.
Bref, hormis le final, D’Amato nous livre un film sans grand intéret.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Voluptueuse Laura de Joe D’Amato 1976 Exterminator

Voluptueuse Laura

Notre Avis

Summary:

2


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1