Horreur

Published on février 6th, 2014 | by Exterminator

0

Vendredi 13 Chapitre 6 de Tom McLoughlin 1986

Avec : 

  • Thom Mathews : Tommy Jarvis
  • Jennifer Cooke : Megan Garris
  • David Kagen : Michael Garris
  • C.J Graham : Jason Voorhees

Origine : USA

Durée : 86 Min

Tommy n’en a pas terminé avec Jason et décide de revenir sur les lieux du carnage en compagnie de son ami Allen. Il se rend au cimetière dans le but de vérifier que la tombe et le corps de Jason sont toujours là et surtout d’en finir ainsi avec ses cauchemars qui le hantent.
Déchaîné par la douleur et la colère, Tommy saisit une barre métallique et transperce le corps de Jason à plusieurs reprises. C’est alors qu’un violent orage éclate, et la foudre s’abat sur le pieu de métal dans un éclair d’électricité…  (Résumé : Source : Horreur.com)

Un coup de fraîcheur pour cette franchise qui commençait à en avoir vraiment besoin après un cinquième chapitre plutôt moyen.

Un nouvel opus finalement plus axé sur la parodie et le second degré, à commencer par le générique « à la James Bond » avec Jason à la place du celèbre agent de sa majesté. Ce bon vieux Jason qui était bien mort et enterré mais que Tommy (le poil à gratter des 2 chapitres précédents) veut voir définitivement disparaitre en brulant son corps. Mal lui en prendra. En le déterrant, la foudre ranimera le tueur et nous voila repartis pour un nouveau massacre de jeunes écervelés.

Avant son traditionnel retour au camp, Jason croisera sur son chemin une bande de yuppies venus se déstresser en faisant du paintball. Séquence assez comique avec cet allumé qui finira contre un arbre, balancé par Jason,  faisant apparaitre un beau smiley.

La suite du film se poursuit sur le même ton malgré son déroulement des plus classiques (Tommy essayant toujours d’envoyer Jason, six pieds sous terre) et son lot habituel de meurtres de jeunes moniteurs.

Tom McLoughlin fait preuve d’une réelle envie de renouveller la franchise, décidant même de rebaptiser le camp de Crystal Lake en rupture avec les évènements passés.

Le ton parodique est tout à fait plaisant et le rythme reste soutenu. Dommage que l’on sente une retenue dans le grand guignol, une retenue orchestrée par la Paramount, comme l’indiquera plus tard le réalisateur. Sans, le film y aurait certainement gagné.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Vendredi 13 Chapitre 6 de Tom McLoughlin 1986 Exterminator

Vendredi 13 Chapitre 6

Notre Avis

Summary:

3


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1