Policier - Thriller

Published on février 13th, 2014 | by Exterminator

0

Un Espion de Trop de Don Siegel 1977

Avec : 

  • Charles Bronson : Grigori Borzov
  • Lee Remick : Barbara
  • Donald Pleasence : Nicolai Dalchimsky
  • Tyne Daly : Dorothy Putterman

Origine : USA

Durée : 105 Min

Conditionnés à l’écoute des premiers vers d’un poème énoncés au téléphone, des citoyens apparemment inoffensifs se mettent à perpétrer des attentats-suicides sur le sol américain. Un agent reçoit pour mission d’enrayer le processus et découvre leur nature de « cellules dormantes », disséminées sur le territoire lors de la guerre froide, révolue. Quelqu’un a choisi de les réveiller… (Source : wikipedia).

Après deux premières collaborations pour la télévision, Don Siegel et Charles Bronson se retrouvent cette fois-ci pour le grand écran avec l’adaptation du roman d’espionnage de Walter Wager, «Telefon».

C’est pourtant James B Harris qui devait initialement réaliser le film mais la MGM désirait une réalisateur plus chevronné. Egalement un temps pressenti, Peter Hyams (auteur du scénario final) dû lui aussi s’incliner devant le confirmé Don Siegel.

Le tournage ne s’avèrera pas de tout repos, Bronson refusant souvent de suivre les directives de Siegel. Lee Remick avoua être effrayée par l’acteur qui refusa notamment d’embrasser la belle américaine lors de la scène de leur rencontre à l’aéroport par respect envers sa femme. «Si j’essaye, il est capable de me frapper» affirma Remick.

«Telefon», c’est le nom d’une opération (fictive) organisée par L’URSS au début des années 50, qui infiltra pour prévenir tout risque de guerre nucléaire, un certain nombre d’agents dormants partout aux États-Unis. Ayant subi un lavage de cerveau, ils n’ont pas conscience d’être des infiltrés, et seule la prononciation de l’extrait d’un poème de Robert Frost peut les activer.

20 ans après, alors que le climat est à la détente, un ex-fonctionnaire soviétique a décidé de les «réveiller» pour saboter des implantations stratégiques sur le territoire américain et tenter de déclencher une nouvelle guerre mondiale.

Si cette histoire est particulièrement invraisemblable, Siegel choisit de la traiter de manière classique dans la grande tradition du genre. Deux espions de la CIA et du KGB vont collaborer pour retrouver et éliminer la manipulateur fou.

On assiste donc à une suite de péripéties plutôt communes : la rencontre, l’enquête, la résolution, sans aucune autre surprise.

Le film se laisse néanmoins suivre avec une certaine curiosité grâce au savoir faire intact de Siegel qui donne un peu de punch à l’ensemble.

Le couple Bronson/Remick fonctionne bien malgré la manque de profondeur de leur relation. Donald Pleasence est quant à lui parfait, dans la peau de l’inquiétant dissident.

A la fois conventionnel et improbable «Un Espion de Trop» reste tout de même, un sympathique film d’espionnage.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Un Espion de Trop de Don Siegel 1977 Exterminator

Un Espion de Trop

Notre Avis

Summary:

3


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1