Comédie

Published on février 7th, 2014 | by Exterminator

0

Un Amour de Coccinelle de Robert Stevenson 1968

Avec : 

  • Dean Jones : Jim Douglas
  • Michele Lee : Caroll Bennett
  • David Tomlinson : Peter Thorndyke
  • Buddy Hackett : Tennessee Steinmetz

Origine : USA

Durée : 108 Min

Jim Douglas, pilote automobile, cherche une nouvelle voiture. Un vendeur sans scrupule lui propose une Coccinelle dont il veut se débarasser. Jim refuse et rentre chez lui. Le lendemain au réveil, il trouve la Coccinelle devant chez lui. Il part donc la rendre à son propriétaire… (Résumé : Source : cinemotions.com)

Fin des années 60 : Le département animation de l’ogre Disney s’essouffle. Le studio se réoriente alors vers une production cinématographique classique pour renflouer ses caisses, avec des films sympathiques, aux budgets limités qui remporteront un succès conséquent comme cet « Amour de Coccinelle », premier opus d’une petite série de 4 films.

Premier long métrage donc, qui introduit cette voiture devenue célèbre prénommée « Choupette ». Un véhicule doté de sentiments et d’émotions qui s’attachera à un pauvre pilote automobile au talent limité.

Une idée de départ sympathique pour un scénario cousu de fil blanc (ne pas oublier que l’on est chez Disney) avec cette voiture qui, grâce à ses performances insoupçonnées, va naturellement attiser les jalousies. Tout est ici assez édulcoré, on s’adresse sans se cacher à un public très jeune, ce qui permet les invraisemblances les plus flagrantes et un humour ras les pâquerettes complètement inoffensif.

Le professionnalisme de l’équipe et du cast, Stevenson, le réalisateur et Dean Jones l’acteur principal, déjà habitués aux productions Disney nous offrent malgré toutes ces facilités, un spectacle tout à fait plaisant à condition de se laisser entrainer par cette fable simpliste. Le film se déroule sans réel accro, porté par l’enthousiasme de son casting qui, visiblement, s’en donne à coeur joie autour de cette voiture attachante. Sans vouloir trop s’attacher à la morale qui veut que ce n’est pas le plus fort qui gagne mais celui qui a le plus de coeur, Stevenson privilégie l’action et les courses pour donner un rythme enlevé à son film. Il est vrai que l’on ne s’ennuie pas une seule seconde pendant l’heure 45 que dure le film.

Seul bémol, des effets spéciaux du film dépassés : beaucoup d’incrustations malheureuses, des décors de studio flagrants et des astuces de montages complètement obsolètes. Cela n’enlève tout de fois rien au spectacle encore efficace aujourd’hui des aventures de cette fameuse voiture, notamment lors de la course finale plutôt longue et assez haletante et qui aura marqué plusieurs générations d’enfants. Plus de 40 ans après sa création, un film sans prétention que l’on peut toujours recommander à toute la famille.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Un Amour de Coccinelle de Robert Stevenson 1968 Exterminator

Un Amour de Coccinelle

Notre Avis

Summary:

3


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1