Policier - Thriller

Published on février 13th, 2014 | by Exterminator

0

Super Fly de Gordon Parks Jr. 1972

Avec : 

  • Ron O’Neal : Priest
  • Carl Lee : Eddie
  • Sheila Frazier : Georgia
  • Julius Harris : Scutter

Origine : USA

Durée : 88 Min

Priest, un noir de Harlem et dealer charismatique, décide de conclure sa carrière par un dernier gros coup avant de quitter définitivement le milieu : vendre 30 kilos de cocaïne pure, encaisser un million de dollars et aller vivre au soleil. Son plan astucieux est remis en question par la défaillance d’un passeur… (source : wikipedia).

Tout auréolé du succès de «Shaft», l’un des films les plus caractéristiques et célèbres de la «Blaxploitation», Gordon Parks Jr se lance dans un nouveau projet autour de l’histoire d’un dealer de drogue qui a décidé de raccrocher.

Problème, le cinéaste a du mal à monter le financement de ce film que certains interprèteront comme une apologie de la drogue.

C’est finalement son père, lui-même cinéaste avec l’aide de deux dentistes (!) qui permettront à «Super Fly» de voir de le jour en apportant l’argent nécessaire.

Autre problème, le script ne fait que 45 pages et Parks qui n’ajoutera en définitive, aucune scène supplémentaire, va devoir meubler son film de nombreux plans de transitions pour atteindre la durée de 90 minutes.

Ce remplissage se fait malheureusement sentir à l’écran. On ne compte plus les moments creux où Parks filme ses personnages en train de conduire, de marcher… faisant retomber  un rythme déjà pas bien folichon. Parks n’ayant pas les moyens de nous offrir la moindre scène d’action, il enchaine donc les scènes de parlotte pour mettre en image un script original mais quand même bien faiblard.

Si l’idée initiale de dénoncer le milieu de la drogue (et la corruption policière qui va avec) et les conditions de vie de la communauté noire est louable, on ne peut qu’être dubitatifs devant la faiblesse de son traitement et surtout l’ambiguité de l’ensemble. Le personnage de Priest étant finalement le seul à vouloir quitter le milieu, les autres essayant de le dissuader en évoquant l’argent facile que procure le trafic de drogue plus que n’importe quel autre travail.

Pour couronner le tout, on passera sur les diverses ellipses et invraisemblances scénaristiques qui achèvent le film.

Comment donc «Super Fly» a t’il pu obtenir le statut de film culte ? Il le doit surtout à sa fantastique et mémorable bande originale composé par Curtis Mayfield qui fait une (longue) apparition musicale ici et que les amateurs de funk/soul écoutent toujours en boucle de nos jours.

«Super Fly» n’est finalement qu’une simple curiosité, bien loin d’être la plus réussie du la «Blaxploitation».

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Super Fly de Gordon Parks Jr. 1972 Exterminator

Super Fly

Notre Avis

Summary:

2


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1