Fantastique - SF

Published on février 10th, 2014 | by Exterminator

0

Robocop de Paul Verhoeven 1987

Avec : 

  • Peter Weller : Alex Murphy/Robocop
  • Nancy Allen : Anne Lewis
  • Ronny Cox : Dick Jones
  • Kurtwood Smith : Clarence Boddicker

Origine : USA

Durée : 103 Min

Au XXIe siècle, l’Omni Consumer Products (OCP), une multinationale, contrôle la police de Detroit, qui doit faire face à une criminalité sans cesse croissante : en moins d’un ans, 31 policiers ont été tués pendant leur service. La situation est telle que les technocrates de l’OCP envisagent sérieusement de faire appel à des robots pour assurer la sécurité publique. Deux conceptions s’opposent alors : celle de Jones, qui a conçu le ED209, un monstre d’acier bardé d’électronique, et celle de Leon, partisan du programme Robocop, mi-homme, mi-robot. Ce dernier projet l’emporte et Alex Murphy, un jeune policier assassiné par des truands, devient le Robocop.  (Résumé : Source : cinemovies.fr)

Plus de 25 ans… Et oui, cela fait déja plus de 25 ans que le fantasque Paul Verhoeven a réalisé ce fantastique récit d’anticipation qui nous offrait une réflexion d’une extrême justesse sur les dérives financières, médiatiques et sécuritaires auquelles nous avons droit aujourd’hui. Plus qu’un excellent film d’action, « Robocop » est avant tout un brûlot cinématographique dénonçant intelligemment l’omnipuissance des grandes sociétés qui sont en passe de surpasser tout pouvoir politique, illustrée ici par la main mise du cartel OCP sur la quoditien des habitants de Détroit. En effet, les services publics ont été privatisés à l’image de la police qui vient de passer sous le joug de cette multinationale. Pour rentabiliser ce nouvel investissement, l’OCP se doit d’alimenter la criminalité pour mieux vendre ses nouveaux projets de cyber police. Parmi eux, le superflic « Robocop », fruit d’une expérience sur un ancien flic décédé en mission.

Le parallèle avec ce qui se passe plus de 25 ans après devient donc une évidence. A force de libéralisme et de mondialisation, notre société va tout droit dans la direction que Verhoeven avait décrit au travers de cette fiction pas si surréaliste que ça.
Le film commence fort, par un faux bulletin d’infos où la banalisation des nouvelles est interrompue par des spots pubs invraissemblables. Ce qui était pour certains inimaginable est malheureusement devenu une réalité incarnée par un pseudo journalisme avide de sensations fortes, prompt à détourner la réalité.

Au delà du divertissement, la suite n’est que l’illustration de ce qui se passe quotidiennement dans notre monde. Une course déshumanisée à la survie où chacun doit s’en sortir par n’importe quel moyen. C’est une jungle, comme le répètent plusieurs intervenants. Une déshumanisation telle que seule cette « machine » mi-homme, mi-robot qui a connu une seconde naissance (Verhoeven qualifiant son personnage de Jesus Christ des temps modernes) est encore capable de connaitre des sentiments, se battant contre des ordres qu’on lui a programmé tel un mouton qui a décidé de ne plus suivre le chemin qu’on lui dicte. En cela, « Robocop » est un grand appel à la rebellion.

D’un point de vue formel, la réalisation est d’une efficacité et d’une violence toujours aussi redoutables. Comme à son habitude, aucune fioriture à l’écran, Verhoeven enchaine les séquences chocs avec une immense inventivité. Seuls quelques effets spéciaux datent le film comme certaines maquettes, incrustations ou l’animation du balourd ED 209. Mais rien qui n’handicape un message fort qui a fait et fera toujours date dans l’histoire du cinéma fantastique.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Robocop de Paul Verhoeven 1987 Exterminator

Robocop

Notre Avis

Summary:

4.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1