Western

Published on février 11th, 2014 | by Exterminator

0

On L’appelle Trinita de E.B Clucher 1970

Avec : 

  • Terence Hill : Trinita
  • Bud Spencer : Bambino
  • Steffen Zacharias : Jonathan
  • Dan Sturkie : Tobias

Origine : Italie

Durée : 106 Min

Trinita est un vagabond paresseux et boulimique. Mais c’est aussi un redoutable tireur d’élite. En arrivant dans un village, Trinita a la surprise de découvrir que son frère, Bambino, est devenu shérif. En fait, Bambino, oleur de chevaux, s’est échappé de prison et a emprunté l’identité d’un représentant de la loi, rencontré en chemin et quelque peu malmené…
Le shérif Bambino n’est pas enchanté de revoir Trinita, son cadet, mais il juge opportun de s’assurer de son silence et de son concours. Car Bambino convoite les chevaux du Major, élégante canaille qui veut chasser une colonie de Mormons installée, avec ses troupeaux, dans une fertile vallée voisine. (Résumé : Source : cinemotions.com)

A l’aube des années 70, le western spaghetti est déjà en perte de vitesse. En effet, le genre commence un peu à tourner en rond et les entrées en salles s’en font ressentir. Faute à des films qui se ressemblent beaucoup, tournés sur un ton résolument identique. Entre règlements de compte et fusillades, le public commence donc à se lasser et les scénaristes et réalisateurs à éprouver de plus en plus de difficultés à trouver des producteurs pour financer leurs projets.

Le film de Enzo Barboni (vrai nom de E.B Clucher) n’y échappe pas. En effet, à l’époque, le cinéaste fait le tour de tous les financiers de la place de Rome sans succès. Il faut dire que le script initial ne se détachait pas trop de se qui avait été déjà fait auparavant. Sur un ton plutôt sérieux malgré quelques pointes d’humour, le film devait mettre en scène le couple George Eastman, Peter Martell, deux figures du genre dans les années 60.
Sur le point d’abandonner, Barboni est contacté par Terence Hill qui avec son compère Bud Spencer (les deux sont alors en pleine gloire), cherche une nouvelle orientation pour renouveler le genre. Il se propose donc de remplacer, avec Spencer, le couple initial en emmenant l’histoire vers un terrain plus comique, où la violence laisserait place à une ambiance plus bon enfant, fonctionnant sur l’opposition physique et de caractère des deux acteurs.

Toute l’équipe doit encore aujourd’hui, se réjouir de cette initiative, le film devenant l’un des plus grands succès de l’histoire du western spaghetti, créant à l’occasion, un sous-genre parodique qui connu quelques années de beaux succès.
Ayant de nos jours, le statut de film culte, il attire toujours un public nombreux lors de chacune de ses diffusions TV mais ce plébiscite est-il pour autant justifié ?…

Plein de bons sentiments et de valeurs simples, le film s’adresse tout d’abord à un public assez large. Barboni parvenant sans conteste à équilibrer une violence toute relative avec les nombreux passages comiques par une approche cartoonesque parfaitement réussie. Ce qui permet dans un premier temps, aux réfractaires du western, d’y voir autre chose qu’une succession de duels sans originalité, et dans un second temps, de fournir aux autres un excellent film, ultra rythmé malgré sa longueur avoisinant les deux heures où la complicité et le talent du duo Hill/Spencer font le reste.
En effet, on a beau souvent placer à tort, la paire dans la case nanar, il faut bien avouer que rares sont les duo comiques qui ont aussi bien fonctionné dans l’histoire du cinéma, rassemblant autour d’eux, petits et grands.

D’une histoire simple, Barboni avec la complicité de ses deux acteurs, parvient à nous faire passer un excellent moment de détente, comique et divertissant, toujours aussi agréable à regarder au fil des années.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
On L’appelle Trinita de E.B Clucher 1970 Exterminator

On L'appelle Trinita

Notre Avis

Summary:

3.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1