Comédie

Published on février 7th, 2014 | by Exterminator

0

L’Etudiante de Claude Pinoteau 1988

Avec : 

  • Sophie Marceau : Valentine Ezquerra
  • Vincent Lindon : Ned
  • Elisabeth Vitali : Céline
  • Jean-Claude Leguay : Charly

Origine : France/Italie

Durée : 100 Min

Étudiante en littérature à la Sorbonne, Valentine prépare son agrégation avec acharnement. À trois mois de la soutenance, pas question pour elle de se laisser détourner de son objectif : pas de sorties, pas de loisirs, peu de sommeil, pas d’amour. Seulement voilà, l’amour, on ne sait jamais quand il va se décider à vous tomber dessus… (Résumé : Source : cinemovies.fr)

Considéré à tort par beaucoup comme le troisième volet de la « saga » de « La Boum », ce film aurait pu aisément en faire partie. On n’est pas très éloigné, en effet, du ton et de l’univers des 2 opus qui nous ont permis de découvrir Sophie Marceau.

Ce n’est donc plus Vic mais Valentine que nous retrouvons, étudiante motivée et brillante, en train de préparer son agregation, plongée à fond dans ses révisions, refusant à contre coeur quand même, d’avoir une vie sociale. Jusqu’ici tout va bien, sauf qu’elle va rencontrer par hasard un musicien qui a fondu sur elle. Ce qu’elle prendra d’abord comme une amourette, elle veut tester son pouvoir de séduction dans une aventure sans lendemain, deviendra bien évidemment, une histoire d’amour passionnée.

Rien de bien original donc pour un film qui se veut plus une chronique des amours d’une jeune femme dynamique, plutôt carriériste à la base, comme l’étaient les 2 opus de « La Boum », veritables portraits des amours adolescents.

Grâce à la forte présence de Sophie Marceau qui illumine l’écran, le film se laisse regarder sans déplaisir à défaut d’être réellement passionant, le script de Danièle Thompson et de Pinoteau ne réservant quasiment aucune surprise. Vincent Lindon est plutôt bon en amoureux transi, musicien galérien, embourbé par un rapport aux femmes compliqué : il garde de temps en temps, le fils de son ex, notamment, gardant un contact permanent avec son ancienne vie amoureuse. Ce qui le fait douter de cette nouvelle relation qui s’avèrera très forte, trop passionée même par moments, déclanchants les habituelles scènes de jalousies et de disputes. Chacun n’ayant pas assez confiance en soi, cette relation aura du mal à se trouver, pas aidée par leurs emplois du temps respectifs : elle, préparant l’agrégation, lui, sur les routes,  avec son groupe de musique.

En revoyant ce film, on ne peut s’empêcher de penser à certains moments à « L’Auberge Espagnole », Marceau vivant en colocation avec des amis qui lui prodigueront, pour certains, quelques conseils à suivre dans sa relation. Les seconds rôles y sont particulièrement réussis.
Tout ceci n’empêche pas le film de nous servir quelques clichés et de véhiculer un message assez simpliste : Prends moi comme je suis, je t’accepterai comme tu es, dans un final assez mauvais et plutôt ringard dans les couloirs de la Sorbonne. C’est assez dommage car on ne retiendra au final de ce film, que la simple bleuette sympatique mais pas très originale. Cela n’empêche pas les fans absolus de Sophie Marceau de vouer un culte extrême à ce film où, il est vrai, elle est splendide.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
L’Etudiante de Claude Pinoteau 1988 Exterminator

L'Etudiante

Notre Avis

Summary:

3


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1