Action - Aventure

Published on février 13th, 2014 | by Exterminator

0

Les Oies Sauvages de Andrew V. McLaglen 1978

Avec : 

  • Richard Burton : Allan Faulkner
  • Roger Moore : Shawn Flynn
  • Richard Harris : Rafer Janders
  • Hardy Kruger : Pieter Coetzee

Origine : UK

Durée : 134 Min

Allen Faulkner, un mercenaire britannique, est embauché par Sir Edward Matherson avec pour mission d’aller en Afrique centrale  libérer Julius Limbani, un homme censé pouvoir relever son pays. Faulkner recrute alors cinquante mercenaires, les « Oies sauvages », pour mener à bien sa mission. Parmi ces mercenaires : le pilote Shaun Fynn, le Sud Africain Pieter Coetzee, et Rafer Janders un vieil ami de Faulkner qui prépare la mission.(Source : wikipedia).

C’est après avoir lu le roman « The Thin White Line » de Daniel Carney que le producteur britannique Euan Lloyd décide d’en faire immédiatement un film. Très attaché au projet, il connaitra les pires difficultés pour trouver les premiers financements allant jusqu’à hypothéquer sa maison, vendre sa voiture, le manteau de fourrure de sa femme et ses bijoux. Heureusement pour lui, la «United Artists» va rapidement manifester son intérêt en acceptant de compléter le budget. Une condition : Que Michael Winner réalise le film. Refus de Lloyd qui parviendra à imposer le confirmé Andrew V. McLaglen, auteur de quelques westerns à la grande époque.

En plein Apartheid, l’Afrique du Sud est néanmoins choisie pour le tournage de cette histoire de sauvetage d’un président noir par un commando britannique.

Le Conseil Sud-africain composé uniquement de «blancs» tient même à voir de véritables acteurs noirs originaires du pays jouer dans le film plutôt que des Afro-américains ou britanniques.

Kani John qui interprète le sergent Jesse et Winston Ntshona, le président Limbani ont d’abord hésité à jouer dans un film où la majorité noire est présentée de façon assez négative. Ils se laisseront cependant convaincre par les divers messages de compréhension et de rapprochement entre les communautés qui traversent le film.

Et malgré les lois de l’apartheid toujours en vigueur, toute l’équipe du film a pu vivre ensemble pendant toute le durée du tournage sans ingérence du gouvernement sud-africain.

Mais toutes ces bonnes volontés ne permettent pas de passer outre un film résolument tendancieux. Totalement à la gloire des mercenaires qui ont longtemps sévis en Afrique, ces «Oies Sauvages» dégagent souvent un relent douteux que l’enjeu réel de l’histoire et les quelques «ouvertures» vers l’autre ne parviennent pas forcément à dissimuler.

Tous ça mis de côté, Andrew V. McLaglen signe tout de même ici un excellent film de guerre, parfaitement construit et maitrisé. Du recrutement à l’intense mission finale en passant par les fameuses phases d’entrainement, on reste scotchés de bout en bout. Le cinéaste menant son entreprise de main de fer.

Comme souvent dans le genre, le casting est impressionnant. Richard Burton, Roger Moore, Richard Harris, Hardy Kruger, Stewart Granger… Bref, que du lourd.

Un spectacle plus que plaisant à voir tout de même avec un certain détachement.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Les Oies Sauvages de Andrew V. McLaglen 1978 Exterminator

Les Oies Sauvages

Notre Avis

Summary:

4


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1