Horreur

Published on février 13th, 2014 | by Exterminator

0

Les Doigts du Diable de Alfredo Zacarias 1980

Avec : 

  • Samantha Eggar : Jennifer Barnes
  • Stuart Whitman : Père Cunningham
  • Roy Jenson : Mark Barnes
  • Lew Saunders : Leo Matson

Origine : Mexique/USA

Durée : 80 Min

Au Mexique, l’ingénieur Baines et sa femme Jennifer viennent d’acquérir une mine d’argent inexploitée depuis des années. Les mineurs refusent d’y travailler en raison d’une malédiction qui plane sur les lieux. En explorant les galeries Jennifer et son mari profanent un temple voué au culte de Satan et remontent à la surface un coffre en argent contenant une main gauche coupée… (Source : première.fr).

C’est à partir de la fin des années 60 que l’industrie cinématographique mexicaine commence son inexorable déclin. Un déclin qui coïncide avec une situation politique et économique de plus en plus difficile pour ce pays d’Amérique centrale qui voit ses entreprises fermer les unes après les autres.

Pour financer ses nouveaux projets, le pourtant confirmé cinéaste mexicain Alfredo Zacarias n’a d’autre choix que de réaliser de petits films d’horreurs interprétés par des acteurs américains qui faciliteront la vente de ses productions à l’international.

Le premier sera «Les Abeilles», une série B mettant en scène de vieux routards du bis : John Saxon et John Carradine.

Suivront donc ces «Doigts du Diable» basé sur un scénario écrit par Amos Powell («La Tour de Londres» de Roger Corman) et David Lee Fein (qui écrira plus tard le surprenant « Cheerleader Camp »).

L’idée n’a rien d’original, souvenons nous du roman de Maurice Renard «Les Mains d’Orlac» mais on y ajoute ici un aspect démoniaque et surtout le «concept» de la transmission de la malédiction.

Peine perdue, le résultat n’est qu’un immonde nanar fauché, ennuyeux et surtout bourré d’incohérences. Après un prologue mexicain pourtant prometteur, Zacharias torche son film à la va-vite, ne se contentant que de faire tourner sa petite mécanique (la main qui passe de corps en corps) avec une énorme paresse. Les quelques pistes qui auraient pu surgir de cette histoire sont ainsi savamment négligées au profit d’une succession de situations ridicules. Zacharias s’égare même dans un festival d’absurdité qui font qu’au final, on ne comprend plus rien.

Entre une Samantha Eggar hystérique et la pauvre Stuart Whitman qui regrette visiblement d’être là, le cast américain ne parvient pas à relever le très bas niveau de cette chose.

Une série Z ridicule, moche et même pas fun.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Les Doigts du Diable de Alfredo Zacarias 1980 Exterminator

Les Doigts du Diable

Notre Avis

Summary:

1


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1