Comédie

Published on février 9th, 2014 | by Exterminator

0

Les Charlots font l’Espagne de Jean Girault 1972

Avec : 

  • Gérard Filipelli : Phil
  • Gérard Rinaldi : Gérard
  • Jean Sarrus : Jean
  • Jean-Guy Fechner : Jean-Guy

Origine : France/Espagne

Durée : 85 Min

Les nouvelles aventures des Charlots les mènent en Espagne. Ils partent en voyage organisé mais leurs vacances vont rapidement se transformer en cauchemar. En effet, le directeur de l’agence est parti avec la caisse sans avoir retenu de chambres pour le groupe. Les Charlots vont devoir trouver de l’argent pour vivre sur place. (Résumé : Source : cinemotions.com)

Grâce à l’énorme succès des « Bidasses en Folie », plus de 7 millions d’entrées en salles, la France plébiscite en ce début des années 70, une nouvelle génération de comiques à l’humour burlesque, très premier degré incarné par une bande de potaches hors système qui se moquent des institutions et de l’autorité. Une insolence qui ne pouvait que plaire à une jeune société encore marquée par les évènements de 68 et qui retrouvait en eux, une irrévérence tout à fait jubilatoire.

Après donc s’être moqué de l’armée dans « Les Bidasses… » et de l’esprit de compétition dans « Les Fous du Stade », il s’octroient ici une pause estivale en allant mettre le foin en Espagne dans un film uniquement dédié à mettre en valeur leur talent comique. Exit donc l’insolence face à un système encore un peu sclérosé, les Charlots sont ici en roue libre, profitant d’une forte popularité qui leur permet d’assurer le minimum syndical. Non pas que les précédents films soient des modèles d’écritures mais ils avaient l’avantage d’avoir un sous-message qui a complètement disparu ici. Un changement qui coincide avec l’arrivée derrière la caméra de Jean Girault, metteur en scène quasi attitré de Louis de Funès, remplaçant ici Claude Zidi qui avait réalisé les deux précédents films des joyeux lurons.

Le scénario de Jacques Wilfrid (éternel collaborateur de Girault et De Funès) et la mise en scène de Girault laissent totalement la place à une longue série de gags plus ou moins réussis mais qui ont le mérite de s’enchainer à une vitesse folle. En effet, si on peut reprocher la manque de liant entre les situations comiques de ces adolescents attardés, donnant presque un sentiment d’improvisation et de facilité, on ne peut pas reprocher aux Charlots de chômer avec une série de gags hallucinants meublant sans temps morts, les 1H20 du long métrage.

Après, c’est sûr qu’il faut être fan des Charlots pour apprécier le spectacle. Assurément, si on n’est pas sensible aux potacheries de ces associaux, mieux vaut passer son chemin. Pour les autres, ils passeront un très bon moment devant l’une des meilleures réussites des Charlots sur grand écran avec de nombreuses séquences comiques mémorables : les Charlots construisent une maison, les Charlots font du bateau, les Charlots s’incrustent chez une bourgeoise…..avec un lot de gags assez impressionnant qui fonctionnent bien dans leur ensemble. Un effort qui sera une nouvelle fois récompensé au box office avec un nombre d’entrées en salles plus qu’honorable. Ils retrouveront par la suite Claude Zidi dans l’excellent « Grand Bazar » dénonçant l’arrivée des temples de la consommation de masse, plus en accord avec l’esprit irrévérencieux et dénonciateur des Charlots.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Les Charlots font l’Espagne de Jean Girault 1972 Exterminator

Les Charlots font l'Espagne

Notre Avis

Summary:

2.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1