Policier - Thriller

Published on février 14th, 2014 | by Exterminator

0

Le Soleil des Voyous de Jean Delannoy 1967

Avec : 

  • Jean Gabin : Denis Farrand
  • Robert Stack : Jim Beckley
  • Margaret Lee : Betty
  • Jean Topart : Mr Henry

Origine : France/Italie

Durée : 97 Min

Ancien truand retiré des « affaires », Denis Ferrand, dit « Le Fignoleur », coule des jours paisibles avec son épouse Marie-Jeanne dans une ville de province où l’on ignore tout de son passé. Il y est propriétaire d’un bar tranquille, le « Domino », géré par la ravissante Betty, et d’une auberge confortable, « La Chaumière »…

En face du bar se trouve une agence du Crédit Industriel du Nord et en bon voisin, Ferrand est témoin de toutes les allées et venues. Par désœuvrement et surtout par nostalgie, il décide de mettre au point le braquage. Le sexagénaire a en effet remarqué qu’à date fixe, un convoi venait chercher la paye des ouvriers du centre nucléaire de Farville. Alors qu’il peaufine les diverses étapes de son hypothétique cambriolage, Ferrand reçoit la visite impromptue d’un ancien ami, Jim Beckley. Rencontré jadis à Saïgon, cet Américain est pour l’heure traqué par une bande de trafiquants. Denis va alors faire d’une pierre deux coups : cacher Beckley chez lui et profiter de son aide pour monter le « coup ». (Source : wikipedia.)

En cette fin des années 60, Jean Gabin continue à enchainer les tournages de manière quasi frénétique. Des comédies («Le Tatoué», «Le Jardinier d’Argenteuil»…) et mais surtout des polars, un genre qui a fait de lui, l’un des acteurs les plus populaires et charismatiques du cinéma français.

Après «Du Rififi à Paname» réalisé par l’un de ses complices de toujours, Denys de la Patellière, Gabin retrouve un autre de ses amis, Jean Delannoy pour un nouveau film noir à la française, l’adaptation d’un roman de J.M Flynn, «The Action Man».

Une histoire classique de casse de banque qui tourne mal.

Aux côtés de Gabin, on retrouve la star américaine Robert Stack, l’inoubliable interprète de Elliot Ness dans la série des «Incorruptibles». Une rencontre inattendue, presque improbable tant on connait le caractère solitaire et «cannibale» du grand Gabin qui n’a pas l’habitude de partager facilement le haut de l’affiche. On se souviendra notamment, des relations difficiles entre Gabin et De Funes sur le tournage du «Tatoué».

Point de tension ici, le duo fonctionne parfaitement, les hommes ne cachant pas une admiration réciproque et une véritable complicité.

Pour le reste, pas de véritable surprise. Le film de facture très classique, fonctionne également grâce à son scénario solide (écrit par Delannoy et Alphonse Boudard) et sa mise en scène carrée et sans artifices (la longue séquence du casse est à elle seule, particulièrement admirable).

Parmi les quelques bémols, on regrettera que les seconds rôles soient à ce point aussi inconsistants (pauvre Suzanne Flon, véritablement sous employée ici), quelques baisses de rythme et un petit manque général d’originalité.

Rien de très grave, «Le Soleil des Voyous» reste tout de même un polar sympathique et agréable qui connut à l’époque, un véritable succès en salles. Près de 2,5 Millions de spectateurs sont venus voir les exploits d’un Gabin pourtant vieillissant.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Le Soleil des Voyous de Jean Delannoy 1967 Exterminator

Le Soleil des Voyous

Notre Avis

Summary:

3


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1