Horreur Affiche L'Antéchrist d'Alberto de Martino 1974

Published on février 9th, 2014 | by Exterminator

0

L’Antéchrist d’Alberto de Martino 1974

Avec : 

  • Carla Gravina : Ippolita Oderisi
  • Arthur Kennedy : Massimo Oderisi
  • Mel Ferrer : Ascanio Oderisi
  • Alida Valli : Irene

Origine : Italie

Durée : 112 Min

Hipolita, une jeune femme paralysée, est atteinte de problèmes mentaux suite au décès de sa mère. Peu à peu, elle sombre dans la folie et est persuadée se souvenir de sa vie antérieure, durant laquelle elle vivait à la période de l’Inquisition. Quand Hipolita se met à séduire tous les hommes du village, pour les tuer par la suite, il semble évident qu’elle est possédée et qu’un exorcisme est le seul moyen de l’arrêter … ( source : allociné.fr)

1973 : « L’exorciste » glace les salles obscures du monde entier, devenant le véritable phénomène du cinéma d’épouvante que tout le monde connait. Bien sûr, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir se pointer un nombre considérable d’ersatz provenant des Etats-Unis, d’Espagne ou d’Italie…

Pendant 20 ans, Alberto de Martino fera partie de ces cinéastes transalpins que l’on appelle régulièrement pour mettre en images ces « copies » plus au moins fidèles mais toujours rentables. Bon technicien, on se souviendra de lui des corrects « L’assassino… è al telefono » inspiré des meilleurs gialli d’Argento ou  « Holocauste 2000 » avec un Kirk Douglas venu cachetonner.

C’est donc presque logiquement que le projet de « L’Antechrist » lui est mis entre les mains dans la foulée du film de Friedkin.

Pas gênés de profiter du succès de « l’Exorciste », les producteurs lui pillent son script quasiment dans les moindres détails.

Le film commence pourtant bien avec cette scène d’hystérie collective dans une chapelle de Rome où l’on espère guérir ses fous en leur faisant toucher la madone. Puis une  mise en place intéressante des personnages aux relations très ambigües. Bref, tout peut porter à croire que l’on assiste à un projet plus ambitieux que prévu… Mais on déchante assez vite. Passées quelques promesses oubliées, on replonge inexorablement en terrain connu : la possession, une médecine dépassée, le recours à l’exorcisme….De Martino reprenant sans détours quelques éléments marquants du film de Friedkin : le vomi vert, la tête à 180°, les obscénités proférées par la possédée. Mais De Martino n’a pas le talent du réalisateur américain et ce ne sont pas quelques scènes chocs (le rituel satanique) qui peuvent sauver la misérable entreprise.

On saluera tout de même la performance de Carla Gravina qui fait tout ce qu’elle peut pour donner une crédibilité à sa possession. Pour le reste, hormis une photographie assez inspirée de Joe D’amato, de beaux décors de palais romains et une mise en scène assez correcte, pas grand-chose à retenir de ce « repompage » en règle. On ne touche décidément pas à un chef d’œuvre….

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
L’Antéchrist d’Alberto de Martino 1974 Exterminator

L'Antéchrist

Notre Avis

Summary:

2


User Rating: 4.7 (1 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1