Drame

Published on février 9th, 2014 | by Exterminator

0

L’Année des Méduses de Christopher Frank 1984

Avec : 

  • Valérie Kaprisky : Chris
  • Bernard Giraudeau : Romain Kalides
  • Caroline Cellier : Claude
  • Jacques Perrin : Vic

Origine : France

Durée : 110 Min

Comme tous les étés, Chris, 16 ans, passe ses vacances à Saint-Tropez avec sa mère. Sensuelle et agressive, elle sort meurtrie de sa liaison avec Vic, un ami de ses parents à qui elle reproche sa lâcheté lorsqu’elle a dû avorter. Elle est amoureuse de Romain, un gigolo qu’elle a décidé de séduire mais qui lui préfère Claude, sa mère. Folle de rage, Chris entre dans un jeu pervers de séduction. Elle force un couple à se séparer, reconquiert Vic avant de le délaisser. Pourtant, Romain continue de lui résister.  (Résumé : Source : cinemovies.fr)

Les années 80, les années fric, frime et sans complexes où la pseudo bourgeoisie parisienne allait déja s’étaler sur les plages de Saint-Trop’ pour se dévergonder un peu, le temps d’un été, à la recherche de quelques sensations fortes.

Pour son troisième film, le scénariste Christopher Frank va une nouvelle fois après « Josepha » et « Femmes de Personne », s’intéresser aux femmes, à leurs états d’âmes et à leur travers en adaptant l’un de ses romans, tout juste sorti à l’époque. Il met en scène ici la femme d’un riche homme d’affaire parisien, trop occupé pour prendre des vacances, venue avec sa fille et un couple d’amis sur les bords de la Méditerranée pour prendre du bon temps. Très vite, la caméra de Frank se dirige vers la belle et sulfureuse Chris, la jeune fille interprétée par Valérie Kapriski, qui complètement décomplexée, drague à tout va, tel un prédateur qui compte ses proies à la fin de journée. D’une détermination et d’une perversité assumée, cette jeune fille fascine tout ceux qui la croise, y compris le meilleur ami de la famille qui eu déja, quelques années plus tôt, une aventure avec la belle jeune fille. Une histoire sans lendemain permettant à Chris de se prouver, qu’elle était et qu’elle devait être libre de sa vie et que la séduction était sa seule arme pour sortir d’une vie trop rangée à son gout. Une arme dont elle ne cesse de se servir pour parvenir à ses fins, la rendant calculatrice et presque dénuée de sentiments, une vraie mante religieuse (ou méduse….) en quelques sorte….

Jusqu’au jour où elle croise le beau Romain. La trentaine dépassée, séducteur invétéré, le véritable pendant masculin de Chris qui jette ses proies aussi vite qu’il les a attrapé mais qui padoxalement, se refuse obstinément à la belle adolescente.
Le réalisateur, fasciné par son héroine va donc d’abord composer son canevas en mettant en parallèle ces deux portraits de personnages quasi identiques qui se croisent mais ne se touchent pas, au grand désespoir de la jeune fille. Une frustration qui se transformera en une profonde jalousie quand sa mère, après une certaine résistance, tombe elle, dans les filets du séducteur. C’est à ce moment, que bizarrement et sans explication, apparait une voix off pour nous expliquer l’état d’esprit de la jeune fille qu’il était jusqu’alors, assez facile de cerner. Cette voix apporte une certaine lourdeur qui restera heureusement passagère.

Débute alors, une partie plutôt intéressante où l’on voit la jeune fille perdre peu à peu pied et qui trop sure d’elle, ne comprend pas que cet homme se refuse à elle, allant même jusqu’à relancer son ancien amant ou détruire un couple de touristes, pour se rassurer de son pouvoir de séduction. Mais on comprend vite que Chris ne lachera pas son objectif comme cela, tel un mauvais joueur qui ferait tout pour l’emporter. Par une bonne mise en scène, Frank pousse un peu plus fort la tension, flirtant presque avec le thriller dans une dernière partie pleine de manipulations et de rebondissements divers jusqu’au dénouement final qui ne donnera aucun vainqueur.

D’une histoire à priori légère, Frank parvient au fil du métrage, à nous faire basculer vers une intrigue tragique et fascinante qui se suit avec beaucoup d’intéret grâce aussi à un très bon casting. Kapriski, Giraudeau, Cellier ou Jacques Perrin composant à merveille, les pions de ce jeu pervers et sans issue.

Extrait

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
L’Année des Méduses de Christopher Frank 1984 Exterminator

L'Année des Méduses

Notre Avis

Summary:

4


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1