Drame

Published on février 12th, 2014 | by Exterminator

0

La Mémoire Courte de Eduardo de Gregorio 1979

Avec : 

  • Philippe Leotard : Frank Barila
  • Nathalie Baye : Judith Mesnil
  • Bulle Ogier : Geneviève Derhode
  • Xavier Saint-Macary : Le Mari de Judith

Origine : France/Belgique

Durée : 105 Min

Interprète à l’UNESCO, Judith Mesnil accepte un travail sur un écrivain décédé accidentellement, Marcel Jaucourt. Comme Irène, la femme de celui-ci vient de mourir, Judith rencontre les héritiers et obtient divers papiers également convoités par le mystérieux Frank Barila, lequel se met à la filer. Rentrée chez elle, celle-ci trie les documents, découvre le journal d’Irène et apprend que Jaucourt cherchait à identifier un certain Mann, fournisseur de passeports pour les nazis désirant fuir en Amérique du Sud à la fin de la guerre. Au cours de la lecture, l’imagination de Judith s’enflamme. Mais à la mort de son mari, Irène a cessé d’écrire. Qui est Androsz cité par Irène? Qui est Mme Derhode? Prise au jeu, Judith contacte Frank. Il accepte de l’aider si elle lui fournit des renseignements sur les activités de Mann entre 1958 et 1962. Judith apprend alors qu’Androsz n’est autre que Mann, réapparu dans les années 50 pour vendre des faux-papiers aux nazis désireux de se réinstaller en Europe. Ceci avec l’aide de Mme Derhode que Frank a séduite pour l’obliger à se trahir. Car ce dernier recherche l’homme qui a escroqué ses parents, membres de l’O.A.S., pour favoriser la fuite dans laquelle ils sont morts: Jaeder, alias Mann, encore une fois… (Source : ciné ressources).

Ce drame politique sur fond de thriller revient sur l’une des plus tristes pages de l’histoire contemporaine. Les conséquences de la fuite puis du retour d’anciens nazis vers l’Europe facilitée par de sinistres collaborateurs qui leur distribuèrent un nombre conséquent de faux passeports.

Pour mettre en scène cette histoire, le réalisateur argentin Eduardo de Gregorio va choisir une approche labyrinthique assez compliquée, loin des chemins balisés commerciaux habituels. On est en effet, loin de ce que le spectateur est habitué de voir, loin des codes traditionnels du polar, loin des schémas de narration classiques…bref, le film de De Gregorio est définitivement un film d’auteur où l’intrigue n’est qu’un «support» pour dénoncer l’impunité de ces collaborateurs et le laxisme de nos gouvernements qui préfèrent fermer les yeux devant ce «trafic».

On l’aura compris, ce film n’est pas des plus faciles d’accès. Le cinéaste brouillant constamment les pistes, notamment en faisant interpréter par le même acteur (l’excellent Philippe Léotard) le traqueur et les différentes identités du traqué.

A tel point que l’on décroche (trop) souvent, lassés par l’exercice de style qui tourne bien en rond.

On est finalement, aussi perdu que la jeune enquêtrice, interprétée par la belle Nathalie Baye qui ne sait pas à qui elle a à faire.

Ce dont on est sûr, c’est que nous, nous avons bien à faire à un film à la fois pompeux et ennuyeux qui, à force de compliquer son canevas et de rejeter toute logique narrative, en arrive à provoquer le rejet du spectateur.

Si le film réserve quelques moments et échanges intéressants, on lutte souvent pour garder le fil et ne pas décrocher définitivement.

Une curiosité à la fois intrigante et repoussante qui aura au moins eu le mérite d’aborder un point toujours tabou de notre histoire.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
La Mémoire Courte de Eduardo de Gregorio 1979 Exterminator

La Mémoire Courte

Notre Avis

Summary:

2.5


User Rating: 2.9 (1 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1