Fantastique - SF

Published on février 15th, 2014 | by Exterminator

0

La Malédiction de Richard Donner 1976

Avec : 

  • Gregory Peck : Robert Thorne
  • Lee Remick : Katherine Thorne
  • David Warner : Jennings
  • Billie Whitelaw : Mrs Baylock

Origine : USA/UK

Durée : 101 Min

Robert Thorn est ambassadeur des Etats-Unis à Londres. Plusieurs décès tragiques et étranges ont lieu dans son entourage. Keith Jennings, un photographe et le père Brennan finissent par convaincre Thorn que Damien, son fils de cinq ans, un orphelin aux origines obscures qu’il a adopté à sa naissance à l’insu de sa femme qui venait de faire une fausse couche, n’est autre que l’Antéchrist. (Source : wikipedia.fr).

Peut-être le plus célèbre des nombreux ersatz de «L’Exorciste», «La Malédiction» doit bien évidemment son existence à l’immense succès du film de William Friedkin. Pourtant, il a failli ne jamais voir le jour.

Profitant du courant maléfique qui traversait Hollywood à cette époque, le scénariste David Seltzer pond cette histoire plutôt classique d’Antéchrist dans l’espoir de le vendre à une major. Malheureusement pour lui, aucun studio n’accepte de produire ce film jugé trop irréaliste. Il faut dire que la première ébauche de Seltzer partait un peu dans tous les sens.

La Warner finit pourtant par manifester son intérêt. Un intérêt de courte de durée car le studio décide finalement de donner une suite à «L’Exorciste».

Le scénario tombe finalement dans les mains du réalisateur Richard Donner qui parvient à convaincre le patron de la Fox, Alan Ladd Jr (le même qui donnera son feu vert à George Lucas pour «Star Wars») de produire le film. Donner va alors reprendre le script de Seltzer et le réancrer dans un contexte plus «raisonnable». Le réalisateur réussi également à engager deux immenses stars pour jouer dans ce film dit de genre. Gregory Peck accepte même de revoir ses prétentions à la baisse en négociant un pourcentage sur les recettes (bien lui en a pris).

Si on compare encore aujourd’hui cette «Malédiction» à «L’Exorciste», il faut bien avouer que ces deux films n’ont pas grand chose en commun. Ni du côté du scénario (plus proche de «Rosemary’s Baby»), ni au niveau de la mise en scène, Donner n’adoptant pas l’approche «documentaire» de Friedkin. Le cinéaste nous livre donc un long métrage de facture assez classique mais non moins efficace. Bien rythmé, intense et pas avare en séquences chocs (notamment la fameuse décapitation du journaliste), «La Malédiction» reste un spectacle véritablement plaisant, au sous texte bien enraciné dans l’actualité de l’époque. On pourra en effet faire le parallèle avec le contexte apocalyptique de guerre froide qui régnait en ce milieu des années 70.

Si on reste loin d’un véritable classique du genre, le film garde encore aujourd’hui, une certaine aura et garde de nombreux et fidèles amateurs.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
La Malédiction de Richard Donner 1976 Exterminator

La Malédiction

Notre Avis

Summary:

3.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1