Policier - Thriller

Published on février 11th, 2014 | by Exterminator

0

La Cité de la Violence de Sergio Sollima 1970

Avec : 

  • Charles Bronson : Jeff Heston
  • Jill Ireland : Vanessa Shelton
  • Telly Savalas : Al Weber
  • Michel Constantin : Killain

Origine : Italie/France

Durée : 100 Min

Jeff Heston est un tueur à gages qui ne rate jamais son coup. Un jour, tandis qu’il se promène en voiture avec sa compagne Vanessa, il est poursuivi par un groupe de bandits. Blessé, Jeff se retrouve en prison. A sa sortie, il n’a qu’une idée en tête, se venger du gang et retrouver Vanessa. (Source : Allociné)

Entre la fin des années 60 et le milieu des années 70, Charles Bronson partage sa carrière entre l’Europe et les Etats Unis. Personne n’a en effet oublié ses prestations dans « Il Etait une Fois dans l’Ouest » de Sergio Leone ou « Le Passager de la Pluie » de René Clément aux côtés de Marlène Jobert.

Beaucoup de producteurs européens veulent profiter de la notoriété mondiale de la star pour monter des projets promis à l’international.

« La Cité de la Violence » fait donc partie de ces productions financées autour du nom de Bronson par un consortium italo-français réunissant quelques-uns des meilleurs artisans du cinéma d’exploitation international.

Derrière la caméra, on retrouve l’ancien critique de cinéma et solide spécialiste du western spaghetti, Sergio Sollima, qui tournera ici, son premier thriller d’envergure.

Si « La Cité de la Violence » présente tous les aspects du polar carré et sans concessions, il est avant tout un film sur la vulnérabilité d’un homme face à un amour impossible ou comment un implacable tueur à gages va tomber dans le piège d’une garce vénale et sans remords.

Une approche originale qui dénote des traditionnelles histoires de vengeance qui fleurissent dans le genre.

Que les amateurs se rassurent, le film réserve toutefois son lot de scènes d’action et de tensions traditionnelles et d’une redoutable intensité. A commencer pour cette course poursuite introductive muette à couper le souffle.

Dommage que la faiblesse du scénario pénalise les bonnes intentions de cette production. Le film comporte en effet quelques trous qui nous font décrocher à certains moments.

Le sous-emploi du personnage de Telly Savalas, un Michel Constantin peu crédible, certaines ellipses malhabiles…autant de maladresses qui  ne permettent pas au film de remporter une totale adhésion.

Heureusement que la dernière partie réserve son lot de suspense parfaitement mis en image par l’indéniable savoir faire de Sollima et son influence du western violent.

Soutenue par une excellente partition d’Ennio Morricone, cette « Cité de la Violence », sans prétendre au statut de classique du genre, demeure un très honnête polar, plaisant et assez maitrisé.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
La Cité de la Violence de Sergio Sollima 1970 Exterminator

La Cité de la Violence

Notre Avis

Summary:

3.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1