Policier - Thriller

Published on février 12th, 2014 | by Exterminator

0

La Bande à Bonnot de Philippe Fourastié 1968

Avec : 

  • Jacques Brel : Raymond la Science
  • Bruno Cremer : Jules Bonnot
  • Annie Girardot : Maria la Belge
  • Jean-Pierre Kalfon : Octave Garnier

Origine : France/Italie

Durée : 95 Min

Vers 1910, Raymond-la-science, Garnier, Carouy et Soudy, quatre amis, anarchistes convaincus, quittent la légalité pour mener des actions meurtrières contre la société bourgeoise, influencés par leur rencontre décisive avec Jules Bonnot. Ce dernier devient leur chef et les sépare de Kilbatchine, leur maitre à penser, anarchiste non violent. Jouin, sous-chef de la sureté, a arreté l’un de leurs partisans qui le mènera jusqu’aux derniers membres de la bande, à Nogent-sur-Marne. (Source : premiere.fr).

A la Belle Epoque, les courants anarchistes sont en pleine expansion, qu’ils soient pacifistes ou révolutionnaires. Prônant une société sans autorité où le peuple est seul habilité à s’autogérer, l’anarchisme fait son trou dans les milieux ouvriers et syndicalistes, lassés par les dérives capitalistes du début du 20ème siècle.

Certains choisiront la politique, d’autres le combat. Jules Bonnot faisait lui partie des seconds. Issu d’un milieu défavorisé, il sera balloté de petits boulots en petits boulots sans succès, favorisant son engagement anarchiste. En véritable meneur, il choisit donc l’action en guise de militantisme, l’obligeant à commettre des actes de plus en plus délictueux pour faire passer ses idées et subvenir à ses besoins.

C’est en 1911 qu’il va rencontrer ses futures complices au sein de la rédaction du journal « L’anarchie » à Paris, en formant cette fameuse « Bande à Bonnot » qui défraya la chronique de l’époque au travers des diverses attaques et meurtres qu’elle commettra.

Il faudra attendre 1968 pour voir portée à l’écran, l’histoire de cette célèbre bande par un ancien assistant de Godard et Schœndœrffer, Philippe Fourastié.

Plutôt adepte de l’idéologie anarchiste, le cinéaste va nous offrir un film naturellement ambigu. Non pas qu’il y cautionne les actes violents de Bonnot et ses complices mais il va clairement se positionner dans son approche, du côté des anarchistes et non du côté des autorités.

D’où un sentiment partagé devant ce portrait presque complice de ce groupe déterminé qui, dépassé par ses idées et renfermé sur lui-même, ne fera plus la distinction entre le combat idéologique et la grande criminalité.

Difficile donc d’adhérer pleinement à la démarche de Fourastié malgré un film intéressant et plutôt réussi, porté par l’interprétation implacable d’un inquiétant Bruno Cremer qui n’est jamais aussi bon qu’en « méchant ». A ses côtés, on retrouve Jacques Brel, lui aussi excellent dans la peau de Raymond la science, Jean Pierre Kalfon dans celle de Garnier et Annie Girardot dans le rôle, pour le coup, trop effacé de Marie la Belge.

Le cinéaste se permet également quelques écarts avec la réalité pour nous offrir un final spectaculaire en forme de siège.

D’un point de vue cinématographique, le film se laisse voir sans accrocs grâce surtout à ses interprètes, malgré un scénario assez léger et malheureusement, bourré d’ellipses regrettables.

D’un point de vue idéologique, à chacun de faire sa propre opinion. On peut s’en douter, les autorités de l’époque n’apprécièrent guère le film, ce qui condamna la carrière cinématographique de Fourastié, obligé de ne plus travailler que pour la télévision par la suite.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
La Bande à Bonnot de Philippe Fourastié 1968 Exterminator

La Bande à Bonnot

Notre Avis

Summary:

3


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1