Action - Aventure

Published on février 7th, 2014 | by Exterminator

0

Hidalgo de Joe Johnston 2003

Avec : 

  • Viggo Mortensen : Frank T. Hopkins
  • Omar Sharif : Sheikh Riyadh
  • Zuleikha Robinson : Jazira
  • Louise Lombard : Lady Davenport

Origine : USA/Maroc

Durée : 136 Min

Chaque année, depuis des siècles, se déroule l’Océan de Feu, une course de survie de 5 000 km à travers le désert. Seuls peuvent s’y affronter les meilleurs chevaux arabes, issus des lignées les plus pures et les plus nobles, élevés par les plus grandes familles royales.
En 1890, pour la première fois de l’Histoire, un sheik richissime invite un Américain et son cheval, Hidalgo, à participer à la course. Frank T. Hopkins, cow-boy et messager de la cavalerie américaine, est considéré comme le plus grand cavalier qu’ait connu l’Ouest américain. Le sheik désire opposer le cow-boy américain et son mustang aux plus grands chevaux arabes et aux meilleurs cavaliers bédouins. Certains de ces derniers sont cependant bien décidés à empêcher l’étranger de finir la course.
Pour Frank, l’Océan de Feu devient non seulement une question d’honneur et de fierté, mais surtout une course pour sa survie et celle d’Hidalgo…(Résumé : Source : cinemotions.com)

Fort du succès international de la trilogie de l’anneau de Peter Jackson, Viggo Mortensen a donc droit à son blockbuster pour lui tout seul. Une histoire sympathique et séduisante sur le papier d’un cow boy atypique et de son mustang dont la réputation a fait le tour du monde et qui sont engagés à participer à la plus difficile course d’endurance traversant les déserts du Proche Orient.

La présence de Joe Johnston, banal movie maker de Hollywood (Jurassic Park 3, Jumanji…), spécialiste des effets spéciaux à la base, derrière la caméra pouvait quand même laisser présager du pire. Une nouvelle fois, Johnston nous livre un film sans âme. Incapable de sublimer un scénario, certes, sans surprises mais qui pouvait nous donner un divertissement tout à fait correct, pas aidé non plus par une photographie d’une fadesse hallucinante par rapport aux décors que traversent le film.  Au lieu de cela, on s’ennuie ferme devant ce film beaucoup trop long (près de 2h10) et trop peu spectaculaire pour susciter un minimum d’intéret.

Le film s’ouvre sur la présentation de ce cow boy et de son cheval, habitués des courses d’endurance mais conspués par leurs concurrents récurrents, ceux-ci chevauchant des purs sangs, beaucoup plus légitimes que le mustang du cow-boy. Malheureusement, on s’aperçoit dès le départ que Mortensen n’est pas très à l’aise dans son nouveau costume, pas crédible pour un sou et ne dégageant ici aucun charisme. Cette présentation est l’occasion quand même de revoir C.Thomas Howell, acteur de nombres de comédies 80’s, un peu disparu de la circulation depuis.

Après quelques rodéos au sein de la troupe de Buffalo Bill, vient enfin l’invitation à participer à la course la plus prestigieuse du Proche Orient. Le temps d’accepter et de s’y rendre on perd encore 20 bonnes minutes entre dialogues inutiles et caméos tout aussi dispensables comme la présence de Malcom Mc Dowell qui ne sert que très peu le récit. L’ennui nous a déja bien gagné quand démarre enfin cette course organisée par le trop rare Omar Sharif, parfait en Cheik des Cheik. Le départ donné, la suite est malheureusement sans surprises, promis à être rapidement éliminé par la dureté de la course mais aussi par des adversaires qui considèrent la présence de ce cow boy comme un affront, Mortensen et son cheval passeront, bien évidemment, les obstacles un par un. Obstacles qui auraient pû être l’occasion de moments spectaculaires et haletants….mais non…Johnston préférant se consacrer à une hypothétique idylle controversée entre le cow boy et la fille du Cheik pendant la course, qui l’aidera à déjouer les pièges que lui réservent cette même course.

Bref, tout ceci n’a pas beaucoup d’intérêt. On est aussi déçu de voir Viggo Mortensen, définitivement perdu dans ce projet sans réelle consistance qui ne satisfaira même pas les amateurs de chevaux. Alors qu’ils ont une place prépondérante dans le récit, Johnston a oublié de leur rendre l’honneur qu’ils méritent, les reléguants à de simples faire valoir et c’est bien dommage. On comprend donc pourquoi ce film est passé assez inaperçu à sa sortie, raté, moche et ennuyeux qu’il est.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Hidalgo de Joe Johnston 2003 Exterminator

Hidalgo

Notre Avis

Summary:

2


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1