Action - Aventure

Published on février 12th, 2014 | by Exterminator

0

Expendables : Unité Spéciale de Sylvester Stallone 2010

Avec : 

  • Sylvester Stallone : Barney Ross
  • Jason Statham : Lee Christmas
  • Jet Li : Yin Yang
  • Dolph Lundgren : Gunner Jensen

Origine : USA

Durée : 103/113 Min

Ce ne sont ni des mercenaires, ni des agents secrets. Ils choisissent eux-mêmes leurs missions et n’obéissent à aucun gouvernement. Ils ne le font ni pour l’argent, ni pour la gloire, mais parce qu’ils aident les cas désespérés.
Depuis dix ans, Izzy Hands, de la CIA, est sur les traces du chef de ces hommes, Barney Ross. Parce qu’ils ne sont aux ordres de personne, il devient urgent de les empêcher d’agir. Eliminer un général sud-américain n’est pas le genre de job que Barney Ross accepte, mais lorsqu’il découvre les atrocités commises sur des enfants, il ne peut refuser. Avec son équipe d’experts, Ross débarque sur l’île paradisiaque où sévit le tyran. Lorsque l’embuscade se referme sur eux, il comprend que dans son équipe, il y a un traître.
Après avoir échappé de justesse à la mort, ils reviennent aux Etats-Unis, où chaque membre de l’équipe est attendu. Il faudra que chacun atteigne les sommets de son art pour en sortir et démasquer celui qui a trahi…(Source : Allociné).

Le fantasme de toute une génération de fans est enfin devenu une réalité. Ce fantasme, c’est la réunion tant attendue des plus grandes stars du cinéma d’action des 30 dernières années dans un même film autour de l’emblématique Sylvester Stallone.

Après de nombreux rendez vous manqués, on n’espérait plus qu’un tel projet puisse enfin voir le jour, d’autant que «l’actioner» à l’ancienne était depuis bien longtemps passé de mode. C’était sans compter sur la persévérance et le pouvoir de persuasion de Sly, remis en selle avec le succès des dernier opus des sagas «Rocky» et «Rambo» qui avec l’idée de proposer un film dans l’esprit des «7 Mercenaires» et des «Douze Salopards», réussi à convaincre un ancien de la Cannon, Avi Lerner de produire ce projet dont personne ne voulait.

Autour d’un scénario classique faisant la part belle au spectacle bourré aux hormones, Sly va donc recruter la crème du muscle pour former son équipe. Mais cela ne sera pas aussi simple que prévu. Si Jet Li et Jason Statham n’hésiteront pas une seule seconde, cela sera plus compliqué pour les autres.

Jean Claude Van Damme également sollicité, refusa en prétextant ne pas croire en ce projet. Sly se tournera finalement vers Dolph Lundgren pour le rôle du mercenaire barré.

Wesley Snipes devait également faire partie du cast mais empêtré dans une affaire avec le fisc américain, du décliner l’invitation. Forest Whitaker devait le remplacer mais un planning trop chargé eu raison de sa participation. C’est finalement Terry Crews, ancienne star de football US qui sera retenu.

Occupés ailleurs, Bruce Willis, Mickey Rourke et surtout Arnold Schwarzenegger (pour l’un des face à face les plus attendus de l’histoire du cinéma de genre) feront une faveur à Stallone en acceptant de courtes participations.

Enfin, le revenant Eric Roberts, le catcheur Steve Austin et le Free Fighter Randy Couture viendront compléter ce cast de poids.

C’est bien beau tout ça mais pour quel résultat ? Tout dépend de la version auquel on se réfère. Pour celle sortie en salles, il faut bien avouer qu’après une telle attente, on est un poil déçu. Non pas que le spectacle promis ne soit pas au rendez vous. Ca dépote, ça castagne et ça explose à tout va (on saluera un tournage en live dans de véritables décors pour un réalisme total appréciable) mais en dehors de ça, cela reste un peu creux. Passons sur le scénario passe partout mais le véritable problème vient du cast, principal point d’attraction qui est finalement, assez sous employé.

Les personnages n’ont pas d’histoire, pas de consistance et ne se résument finalement (à quelques exceptions) qu’à de simples machines de guerres.

On en ressort un peu frustrés avec le sentiment qu’on est un peu passé à côté de quelque chose malgré une agréable volonté de moderniser les fondamentaux du genre sans jamais les trahir.

Heureusement, Stallone a eu la bonne idée de nous proposer quelque temps après, son «Director’s cut» qui va s’avérer beaucoup plus satisfaisant. Quelques retouches enrichissant encore le spectacle, c’est surtout les 10 minutes supplémentaires consacrées à apporter plus d’épaisseur aux personnages qui vont donner au film, une toute autre dimension. Plus «profonde» et plus équilibrée, cette version permet de revoir positivement une impression préalablement mitigée.

Si «The Expendables» n’est peut être pas à la hauteur des «fortes» attentes, il n’en reste pas moins un excellent spectacle «old school» qui écrase la majorité de la production du genre actuelle.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Expendables : Unité Spéciale de Sylvester Stallone 2010 Exterminator

Expendables : Unité Spéciale

Notre Avis

Summary:

3.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , , , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1