Drame

Published on février 12th, 2014 | by Exterminator

0

Etat de Siège de Costa Gavras 1973

Avec : 

  • Yves Montand : Philip Michael Santore
  • Renato Salvatori : Capitaine Lopez
  • O.E Hasse : Carlos Ducas
  • Jacques Weber : Hugo

Origine : France/Italie/RFA

Durée : 120 Min

À Montevideo en Uruguay, Philip Michael Santore, un conseiller américain d’une junte sud-américaine est enlevé par des rebelles d’extrême-gauche. Lors de son interrogatoire, il avoue appartenir à la C.I.A. et être chargé de former des policiers pour la lutte antiterroriste. Ses aveux sont révélés au grand jour, ce qui provoque une crise gouvernementale.(Source : commeaucinéma.com)

Si le cinéma contestataire a quelques peu disparu de nos jours au profit d’une approche définitivement commerciale du septième art, il reste tout de même encore quelques auteurs de renom prêts à dénoncer les failles et les dysfonctionnements de nos systèmes politiques et économiques.

Costa Gavras fait donc partie de ces cinéastes qui tout au long de sa carrière, a voulu réveiller les consciences, bousculer les appareils qui nous gouvernent. De « Z » à « L’Aveu » en passant par « Amen », le réalisateur d’origine grecque n’a jamais pris de pincettes au risque d’être qualifié de gauchiste et de support à la propagande de l’extrême gauche.

A chacun de faire sa propre opinion…

Pour cet « Etat de siège », il s’est intéressé au personnage bien réel de Dan Mitrione. Cet agent du FBI chargé d’enseigner sous couvert, les techniques de torture aux polices de divers pays sud-américains qui fut enlevé et assassiné par un groupement d’extrême gauche en Uruguay en 1970.

Si le nom de Mitrione a été changé en Santore, l’histoire est quant à elle, fidèle à la réalité. Considéré comme un héros national aux USA, son « rôle » a permis à divers gouvernements sous influence américaine de prendre ou d’assoir leur pouvoir dans chaque pays où il est passé.

On connait le style de Gavras : engagé, direct et sans concession, il applique ici la même écriture dans le récit de l’enlèvement de cet homme qui provoquera une crise politique majeure dans ce pays d’Amérique latine.

Riche et complexe, le récit est assez passionnant à suivre. Gavras s’évertuant à multiplier les pistes sans jamais se perdre et nous perdre. Un véritable travail de découpage tout à fait admirable. On retiendra également la prestation toujours juste d’un Yves Montand dans ce personnage ambigu et menteur.

Après, l’analyse étant indéniablement partisane, elle manque par moments, quelque peu de nuances, mais cela n’entache en rien la qualité élevée de ce film politique indispensable qui aurait du mal à voir le jour aujourd’hui malgré de nombreuses résonances tout à fait actuelles.

En Savoir Plus : Reportage

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Etat de Siège de Costa Gavras 1973 Exterminator

Etat de Siège

Notre Avis

Summary:

4


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1