Erotique

Published on février 14th, 2014 | by Exterminator

0

Emanuelle et les Filles de Madame Claude de Joe D’Amato 1978

Avec : 

  • Laura Gemser : Emanuelle
  • Ely Galleani : Susan Towers
  • Gabriele Tinti : Francis Harley
  • Venentino Venantini : Giorgio Rivetti

Origine : Italie

Durée : 85 Min

La jeune journaliste Emanuelle est chargée par son journal, d’interviewer un obscur homme d’affaire réfugié au Kenya. Lors de ce voyage, elle croise un homme qu’elle soupçonne être mêlé à un trafic international de prostitution. Elle décide alors de le suivre jusqu’à New-York et d’infiltrer l’organisation en se faisant passer pour une prostituée au sein d’une maison close de luxe.

«Emanuelle et les Filles de Madame Claude» est le cinquième et dernier long métrage réalisé par Joe D’Amato pour la fameuse série des «Black Emanuelle». Une série opportuniste, essentiellement montée pour profiter du succès international du célèbre film de Just Jaeckin avec Sylvia Kristel.

C’est en effet, en 1975 que des producteurs italiens ont l’idée de lancer un cycle «parallèle» aux aventures officielles de l’héroïne d’Emmanuelle Arsan. Soucieux d’éviter le moindre problème juridique, il décident d’enlever un M au prénom de leur personnage.

Ils choisissent aussi de lui donner un aspect plus «exotique» en la faisant incarner par l’actrice indonésienne Laura Gemser et surtout, de pousser l’érotisme vers les limites de la pornographie.

Après un premier épisode sobrement intitulé «Black Emanuelle en Afrique» et réalisé par Bitto Albertini, c’est Joe D’Amato qui prend la relève pour cinq films toujours plus extrêmes. Viol, torture, zoophilie, cannibalisme… D’Amato se lâche alors totalement et provoque quelques scandales.

Pour son dernier opus (2 autres suivront réalisés par Bruno Mattei), le cinéaste met pourtant la pédale douce. Si l’érotisme est ici toujours omniprésent, l’ensemble reste assez classique et plutôt sobre par rapport à ses précédents épisodes.

L’occasion également pour lui, de recycler de nombreuses séquences tournées à New-York, déjà montées dans son «Viol Sous les Tropiques». Il n’y a pas de petites économies chez D’Amato.

Tout ceci nous donne un film divisé en deux parties distinctes qui n’ont aucun rapport entre elles. La première au Kenya nous permet de poursuivre les aventures de la journaliste libidineuse venue à Nairobi pour interviewer un homme d’affaire véreux. Bien sûr, cette partie ne sert qu’à enchainer les (très) longues scènes érotiques sur fond de safari et absolument pas à comprendre les tenants et les aboutissants de cette fumeuse enquête journalistique. A noter la présence surprenante et inattendue de Venentino Venantini (le bègue du «Corniaud) qui donne ici, beaucoup de sa personne.

Après s’être «rassasiée» pendant près de 45 minutes, Emanuelle débarque à New-York et découvre l’existence d’un réseau de prostitution qui l’emmènera jusqu’à San-Diego. Là encore, D’Amato se contrefout de son histoire et continue à filmer les ébats de son héroïne sans un once d’imagination. Pire, on ne saura même pas comment le réseau sera démantelé.

Si quelques courtes séquences submergent, tout est ici d’une pauvreté absolue. On s’ennuie vite à regarder cette succession de scènes ringardes, tristes et vulgaires filmées par dessus la jambe par un réalisateur plus opportuniste que talentueux.

Pas grand chose à retenir (à part peut-être quelques plans dépaysants) de ce film particulièrement nul uniquement destiné aux fans absolus de la belle Laura Gemser.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Emanuelle et les Filles de Madame Claude de Joe D’Amato 1978 Exterminator

Emanuelle et les Filles de Madame Claude

Notre Avis

Summary:

1


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1