Fantastique - SF

Published on février 13th, 2014 | by Exterminator

0

Demolition Man de Marco Brambilla 1993

Avec : 

  • Sylvester Stallone : John Spartan
  • Wesley Snipes : Simon Phoenix
  • Sandra Bullock : Lenina Huxley
  • Nigel Hawthorne : Dr. Cocteau

Origine : USA

Durée : 115 Min

En voulant arrêter en 1996 le psychopathe Simon Phoenix, le sergent John Spartan se rend coupable d’homicide par imprudence et est condamné à l’hibernation, tout comme Phoenix. Ce dernier s’évade en 2032 et se révèle trop fort pour une civilisation où le crime a disparu. Seule chance de l’arrêter : un flic des années 1990… John Spartan (Source : allociné).

Après deux incursions dans la comédie pas vraiment couronnées de succès («L’Embrouille est dans le Sac» et «Arrête ou ma Mère va Tirer»), Sylvester Stallone se relance avec le sympathique «Cliffhanger» qui permet à Sly de donner un second souffle à sa carrière.

Fort de ce triomphe, il enchaine avec cette comédie d’action futuriste totalement décomplexée et bourrée de clins d’oeil… Une sorte de réponse au «Last Action Hero» de son «concurrent» Arnold Schwarzenegger. Produit par Joel Silver, «Demolition Man» aura malgré tout connu un accouchement difficile. Pas moins de 5 scénaristes se succèderont pour écrire le script jusqu’à ce qu’il soit finalement entièrement remanié à la veille du tournage.

Les deux stars initialement choisies pour incarner les deux ennemis étaient Steven Seagal et Jean-Claude Van Damme. Van Damme devait endosser le costume du méchant mais celui-ci refusa. Seule condition pour revenir sur sa décision : Que les rôles soient inversés. Les producteurs ont tenté de convaincre Seagal de jouer le bad guy, en vain.

Exit Van Damme et Seagal, Silver se tourna alors vers Stallone qui donna rapidement son OK. Jackie Chan est alors contacté pour ce fameux rôle de méchant. Résultat : Un nouveau refus. Il est impensable pour la star asiatique de jouer un personnage négatif.

Seul Wesley Snipes osera prendre le risque d’incarner ce tueur psychopathe totalement déjanté.

Les pacifistes et naturalistes peuvent voir arriver l’avenir avec confiance, du moins s’ils vivent à Los Angeles. Selon «Demolition Man», L.A (devenue, San Angeles) sera en 2035, un lieu où la violence aura totalement disparue (les armes sont au musée) et tout ce qui est mauvais pour la santé (cigarettes, alcool, café, sucre et même le sexe) mis hors la loi.

Un paradis anémique qui verra un jour débarquer deux «antiquités», les deux derniers spécimens d’une société décadente (la notre), pas vraiment à leur place dans ce nouveau monde aseptisé. D’un côté, le flic John Spartan (Sylvester Stallone), de l’autre Simon Phoenix (Wesley Snipes), une criminel dangereux, tous deux récemment sortis d’un séjour prolongé dans un établissement pénitentiaire de cryogénisation.

Au delà de l’affrontement spectaculaire que vont nous réserver les deux lascars, l’intérêt du film se situe justement dans ce total et hallucinant décalage social.

Critique ou pas, ce contexte apporte une fraicheur indéniable à l’ensemble.

Le film s’équilibre ainsi parfaitement entre de l’action à gros budget (les fans de Stallone et Snipes ne seront pas déçus) et un humour pince-sans-rire tout à fait jubilatoire et provoque autant de rires que de sensations fortes.

Une véritable réussite considérée à tort comme un actioner lambda. Ne vous ne fiez pas aux apparences, «Demolition Man», c’est beaucoup plus et beaucoup mieux que cela.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Demolition Man de Marco Brambilla 1993 Exterminator

Demolition Man

Notre Avis

Summary:

4


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1