Arts Martiaux

Published on février 14th, 2014 | by Exterminator

0

Bruce Contre Attaque de Bruce Le, André Koob, Joseph Velasco 1982

Avec : 

  • Bruce Le : Bruce
  • Harold Sakata : Sakata
  • André Koob : Le flic français
  • Bolo Yeung : Un méchant

Origine : France/Hong Kong

Durée : 83 Min

Après avoir quitté sa ville natale, Hong-Kong, pour réussir en Italie, Bruce (Bruce Le), un jeune expert en arts martiaux, va faire de mauvaises rencontres et deviendra membre d’une bande de gangsters. Après avoir été arrêté et purgé une peine de deux ans, Bruce décide de raccrocher pour vivre pleinement son amour avec sa femme. Ses anciens complices en décident autrement, en particulier son ancien frère d’arme (Hwang Jang Lee), et tentent à plusieurs reprises de l’éliminer. Tout en subissant les assauts de tueurs, notre homme retournera à Hong-Kong pour tenter de sauver sa sœur, kidnappée par des trafiquants de femmes, avec à leur tête un Japonais sanguinaire (Source : action movie express – forum).

Premier film dit de «Kung Fu» français, ce «Bruce contre Attaque» est un véritable OFNI difficilement classable. Au final, faut-il le prendre comme une parodie du genre tant il multiplie les plagiats de manière totalement risible et éhontée ou simplement comme un énormissime nanar qui n’a ni queue ni tête, réalisé (?) n’importe comment, bref, ridicule de bout en bout ?

Avant de faire une conclusion hâtive, analysons ce que nous avons là.

Un pseudo sosie de Bruce Lee (prénommé Bruce Le XD) vivant à Rome est engagé pour libérer la fille d’un ambassadeur, détenue par son ancien employeur, un mafieux à la tête d’une bande de ninjas (!).

Jusqu’ici, rien de bien nouveau par rapport aux nombreux ersatz Z de la Brucesploitation.

Non, ce qu’il a de particulier ici c’est tout le reste.

Commençons par la ville de Rome, choisie pour coller au plus près à l’ambiance de «La Fureur du Dragon» jusqu’à nous «offrir» le même combat final au coeur du Colisée.

Nous avons ensuite un «héros» qui singe de manière hystérique, les fameuses mimiques du petit dragon. Une galerie de seconds rôles aussi délirante qu’inutile. On retrouve pèle-mêle Bolo Yeung (le féroce adversaire de JCVD dans «Bloodsport), Harold Sakata (l’homme au chapeau tranchant de «Goldfinger»), Jean-Marie Pallardy (l’un des papes du cinéma cochon des années 70) et deux inconnues aux pseudos uniques (Fabienne Beze et surtout Chick Norris (!!)).

Ajoutons des références totalement absurdes notamment à «La Dolce Vita», «Goldfinger» bien sûr et naturellement aux classiques de Bruce Lee, le vrai…. Des scènes de combats aussi mal filmées que chorégraphiées, des ninjas qui disparaissent et réapparaissent n’importe comment, des scènes de fesses totalement gratuites…. Et j’en passe, la liste est trop longue.

Pour couronner le tout (on passera sur les nombreux trous de scénario qui rendent le film souvent incompréhensible), une bande son «dantesque» mélangeant la BO quasi intégrale de «Opération Dragon» aux plus grands hits de…. Richard Clayderman.

Alors oui, «Bruce contre Attaque» n’est finalement qu’une énorme bouse, un must du pire.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Bruce Contre Attaque de Bruce Le, André Koob, Joseph Velasco 1982 Exterminator

Bruce Contre Attaque

Notre Avis

Summary:

0.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags:


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1