Erotique

Published on novembre 20th, 2015 | by Exterminator

0

Black Emanuelle en Orient de Joe D’Amato 1976

Avec : 

  • Laura Gemser : Emanuelle
  • Gabriele Tinti : Robert
  • Ely Galleani : Frances
  • Ivan Rassimov : Prince Sanit

Origine : Italie

Durée : 90 Min

La jeune et belle photographe internationale Emmanuelle se promène autour du monde, accompagnée de son ami de toujours, Robert. Un nouveau travail la contraint cependant à abandonner pour un temps ce dernier dans la capitale italienne. Emmanuelle s’envole ensuite pour la Thaïlande, où elle fait la connaissance du prince Sanit. Ce dernier ne tarde pas à la courtiser avec insistance, et lui fait découvrir les délices érotiques de l’Orient. Quelque temps plus tard, alors qu’elle s’apprête à prendre des clichés de la famille royale, la belle photographe est assaillie par une bande de mercenaires, qui lui conseillent fermement de quitter le pays… (Source : télé loisirs.fr).

Initiée par Bitto Albertini, la série des «Black Emanuelle» (avec un seul «M») se poursuit ici devant la caméra de Joe D’Amato, l’un des papes du cinéma d’exploitation italien des années 70, 80. Une série érotico-opportuniste, produite pour profiter du succès international du film de Just Jaeckin avec l’inoubliable Sylvia Kristel.

A la différence de sa «cousine» néerlandaise, l’actrice indonésienne Laura Gemser incarne elle, une journaliste indépendante et libidineuse, à la recherche de nouvelles expériences érotiques à travers le monde. Elle débarque ici dans un premier temps à Bangkok avec l’un de ses nombreux amants (interprété par Gabriele Tinti, mari de Laura Gemser à la ville) dans l’espoir d’interviewer un prétendu roi, avant de poursuivre son world tour à Casablanca. L’occasion de faire de nouvelles et nombreuses rencontres dans un cadre exotique. Autant le dire tout de suite, notre belle reporter ne fera jamais son interview et passera plutôt son temps à profiter des plaisirs charnels et des beaux paysages de la Thaïlande et du Maroc

Obligé de faire avec un scénario aux abonnés absents (le film ne raconte absolument rien), D’Amato alterne laborieusement scènes érotiques et plans touristiques sans aucune inspiration. On s’ennuie très vite à suivre les pérégrinations de cette pseudo journaliste qui passe son temps à se dénuder pour un oui ou pour un non.

Pire ! Monté n’importe comment, l’ensemble n’a aucune cohérence. Des personnages apparaissent puis disparaissent sans justification, on a l’impression d’assister finalement à une banale compilation de saynètes pauvres et mal filmées.

Seuls les superbes décors naturels retiennent finalement l’attention, magnifiés par la très belle photographie de D’Amato himself (rappelons qu’il était un excellent chef opérateur).

Sorti en France à la fin de l’année 1976 sous le titre «La Possédée du Vice», le film est alors «enrichi» de nombreux inserts «hard» issus d’autres productions, voulus par le distributeur. Il ne sera présenté dans sa version originale (soft), retitrée au passage «Black Emanuelle en Orient» qu’en 1982 lors de sa ressortie.

Générique

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Black Emanuelle en Orient de Joe D’Amato 1976 Exterminator

Black Emanuelle en Orient

Notre Avis

Summary:

1.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1