Drame Affiche Allons Z'Enfants de Yves Boisset 1980

Published on février 11th, 2014 | by Exterminator

0

Allons Z’Enfants de Yves Boisset 1980

Avec : 

  • Lucas Belvaux : Simon Chalumot
  • Jean Carmet : Adjudant Chalumot
  • Jean-Pierre Aumont : Commandant Felix
  • Jean-François Stevenin : Sergent Billotet

Origine : France

Durée : 110 Min

Un jeune homme, fils d’adjudant de carrière, est forcé par son père d’entrer dans une école militaire. Profondément antimilitariste, il subit toutes les brimades de ses supérieurs. Attiré par la littérature et par le cinéma, il sera rattrapé par les débuts de la Deuxième Guerre mondiale. (source : wikipedia)

Véritable cinéaste contestataire (qui n’a jamais trouvé de véritable successeur), Yves Boisset signe ici son film le plus personnel,  restant à ce jour, son préféré.

Passionné par le livre antimilitariste d’Yves Gibeau depuis sa jeunesse et ses années difficiles au sein de l’armée, Boisset mettra vingt ans pour le mettre en images en y investissant toutes ses économies, l’armée et l’état français ne voyant pas d’un bon œil une telle production.

Boisset reprend donc la trame du libre de Gibeau se situant à la veille de la seconde guerre mondiale, au cœur des écoles d’enfants de troupe qui formaient de la manière la plus dure, la jeunesse de notre patrie aux « joies » militaires.

Au final, Boisset nous livre un film sans concessions, appuyant clairement le sentiment hostile de Gibeau envers les institutions militaires au travers le portrait d’un jeune adolescent « rebelle », sorte d’autoportrait de l’écrivain et du cinéaste.

Comparant ces écoles à l’univers carcéral, Boisset dénonce de manière parfois extrême,  une institution brutale et inhumaine qui pousse à l’autodestruction. Une prison que le jeune Chalumot ne pourra jamais vraiment quitter, obligé le jour de sa « libération », de partir au front au début de la guerre.

Le style direct et partisan de Boisset peut en irriter certains mais force est de constater que son cinéma est des plus efficaces, engagé à dénoncer toute forme d’autorité, aussi stupide soit –elle.

Une véritable incitation à la rébellion qui n’oublie pas non plus, d’égratigner l’Eglise, autre symbole d’une autorité sociale que Boisset rejette en bloc. Mais une rébellion qui aura ses limites comme en atteste la morale finale et la récupération par l’armée de la mémoire du jeune homme.

C’est le jeune Lucas Belvaux (devenu depuis, un très bon réalisateur) qui incarne à merveille cet adolescent rebelle, prisonnier d’un système dans lequel son père (superbe Jean Carmet), ancien militaire, l’a entrainé de force.

Véritable échec commercial à sa sortie, ce film reste un témoignage certes militant mais extrêmement poignant et passionnant, magnifiquement interprété. Un cinéma qui manque comme jamais de nos jours.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Allons Z’Enfants de Yves Boisset 1980 Exterminator

Allons Z'Enfants

Notre Avis

Summary:

4


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1