Action - Aventure

Published on février 13th, 2014 | by Exterminator

0

Airport 80 Concorde de David Lowell Rich 1979

Avec : 

  • Alain Delon : Paul Metrand
  • Sylvia Kristel : Isabelle
  • Robert Wagner : Kevin Harrison
  • George Kennedy : Joe Patroni

Origine : USA

Durée : 113 Min

Ingénieur talentueux et homme d’affaire avisé, Kevin Harrisson est un homme riche, apprécié de la société américaine pour les puissants systèmes d’armes qu’il conçoit à l’intention de l’armée. Mais Kevin Harrisson est aussi un homme sans scrupules qui n’hésite pas, pour s’enrichir, à vendre ses armes sophistiquées à des pays peu favorables aux Etats Unis.
Des informations compromettantes sur ses agissements parviennent à sa propre maîtresse, une journaliste qui lui échappe en embarquant sur le Concorde nouvellement acquis par la société aérienne de Eli Sands, et qui effectue une liaison vers Moscou à l’approche des Jeux Olympiques.
Résolu à éliminer ce témoin gênant, Harrisson organise une série d’attentats pour détruire en vol le supersonique (Source : wikipedia).

Quatrième et dernier long métrage de la lucrative franchise «Airport» et certainement, l’un des pires films catastrophe jamais réalisé.

Si le premier épisode fut le précurseur d’un genre qui connu un énorme succès durant les années 70 («La Tour Infernale», «Tremblement de Terre»…), cet «Airport 80» l’achève de la plus pathétique des manières.

Avant d’en expliquer les raisons, revenons d’abord sur la seule et véritable vedette du film, le Concorde. Ce fleuron de l’aviation franco-britannique mis hors course en novembre 2003 après presque 30 ans de bons et loyaux services.

Pour relancer l’intérêt d’une franchise qui connaissait déjà de forts signes de faiblesse, les producteurs décident de se passer pour la première fois, du mythique Boeing 747 pour se tourner vers cet avion supersonique en avance sur son temps.

Un accord est passé avec l’Aérospatiale qui met à disposition du film, son modèle enregistré sous le nom de F-BTSC, un avion destiné aux vols commerciaux qui connaitra quelques années plus tard, une fin tragique. C’est en effet ce même avion qui défraya la chronique en s’écrasant à Gonesse en Juillet 2000, ne laissant aucun survivant.

Ce changement aura des conséquences sur le scénario qui devra être constamment remanié pour prendre en compte les spécificités particulières du supersonique.

Mais à force de retoucher le script, on se retrouve avec un film débile qui enchaine les poncifs éculés et les pires invraisemblances. Entre des loopings à Mach 2, l’ouverture d’un hublot à 30000 pieds pour déjouer un avion de chasse menaçant, un atterrissage sur une piste de ski et beaucoup d’autres (Voir également l’épisode ridicule de la prostituée), on ne peut qu’être consternés par autant de bêtises dignes des pires nanars.

Mais qu’est venu faire Alain Delon dans cette galère ? Plus monolithique que jamais, il traverse le film avec un détachement hallucinant. Même chose pour Robert Wagner et  Sylvia Kristel dont le personnage ne sert strictement à rien, si ce n’est à initier une romance de supermarché.

Seul George Kennedy semble encore s’amuser dans ce marasme mais c’est bien le seul.

Résultat, le film s’est lamentablement ramassé au box office, enterrant définitivement le genre. «Airport 80..» est définitivement un film catastrophe qui mérite bien son nom.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Airport 80 Concorde de David Lowell Rich 1979 Exterminator

Airport 80 Concorde

Notre Avis

Summary:

1.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1